Résultats semestriels d’ERAMET : Patrick Buffet affirme sa stratégie pour affronter la crise

(© Vincent Blocquaux / ERAMET)

Lors de la présentation semestrielle des résultats du groupe, fortement impactés par la chute des cours du nickel, le PDG d’ERAMET Patrick Buffet a souhaité mettre en avant une stratégie d’anticipation et de prudence.

Bien entendu, ce point semestriel était tout d’abord marqué par l’impact de la chute des prix du nickel sur le groupe minier français, avec un chiffre d’affaires d’ERAMET Nickel en baisse de 20 % au premier semestre 2013 par rapport au premier semestre 2012. Cette chute des prix s’explique par la croissance des exportations de minerai de nickel de l’Indonésie et des Philippines vers la Chine qui a développé une production de fontes au nickel lui permettant de commercialiser un acier inoxydable de qualité moyenne. Sur ce point, le PDG d’ERAMET espère que le gouvernement indonésien tiendra sa promesse et adoptera une approche plus restrictive sur les exportations de minerais au profit d’une transformation locale, ce qui favoriserait une hausse des prix. « La clé est entre les mains de l’Indonésie » conclue Patrick Buffet, indiquant qu’il poursuivra les discussions avec le gouvernement indonésien. Pour l’heure, la situation est amenée à se maintenir à court terme et le groupe s’y prépare.

« Le gros des investissements stratégiques a été fait » affirmait le PDG du Groupe, qui a profité de deux années de croissance pour consolider ses activités en développant ses grands projets. C’est le cas par exemple du complexe métallurgique de Moanda au Gabon qui représente un investissement de 210 millions d’euros et qui devrait être opérationnel au premier trimestre 2014, a assuré le PDG. Le groupe fait état pour ce premier semestre de l’année 2013 d’une décélération sensible de ses programmes d’investissements par rapport à l’année précédente, s’inscrivant dans le cadre d’une stratégie plus globale de réduction des coûts et d’ajustement de ses productions. Ainsi, le groupe se tient prêt à affronter des années difficiles. Cette politique permettra au groupe d’assurer sa compétitivité et de se maintenir dans le « safe side » selon l’expression du président, tout en ayant la flexibilité nécessaire pour réagir en cas de nouvelles opportunités.

A plus long terme cependant, l’optimisme reste de mise pour le groupe minier. En effet, l’épuisement progressif des anciens gisements nécessiteront des technologies sophistiquées, développées au sein du pôle Recherche & Développement d’ERAMET. La demande pour les métaux et les alliages du groupe conserve par ailleurs un potentiel important, notamment dans les pays émergents. Patrick Buffet a également insisté sur le « climat favorable de coopération » avec le gouvernement gabonais et une production de minerai de manganèse atteignant un niveau record cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>