20131211_EuropeanCourtofHumanRights_reuters

Union bancaire : capitaliser sur son avancée

Il y a quelques jours, nous pouvions que le processus de création de l’Union bancaire était entravé par de difficiles négociations. Les ministres européens des Finances affichent pourtant une volonté de parvenir à un compromis avec le Parlement européen avant les élections européennes. L’occasion ici de rappeler que celles-ci se dérouleront entre le 22 et le 25 mai 2014 dans les 28 Etats membres de l’Union européenne. Les citoyens éliront alors les 751 députés qui les représenteront jusqu’en 2019.

L’Union bancaire vise à éviter qu’une nouvelle crise bancaire ne se transforme en une crise de la dette au sein de la zone euro. Cette Union se compose de plusieurs mécanismes complexes et complémentaires. Les quatre grands piliers sont la « supervision », la « liquidation », le « renflouement interne » et la « garantie des dépôts » des institutions financières.

Parmi les points d’achoppement figure le futur fonds de résolution qui sera utilisé en cas de faillite bancaire et sera abondé par le secteur financier. D’un côté, les ministres envisagent la création d’un fonds qui devrait atteindre environ 55 milliards d’euros en 10 ans, avec une « mutualisation progressive » ; de l’autre côté, le Parlement estime que dix ans est une période trop longue et plusieurs pays seraient prêts à une mutualisation en cinq ans.

Certains aspects techniques sont au centre des discussions, notamment en ce qui concerne « la possibilité que le fonds emprunte sur les marchés » comme l’a suggéré le Banque Centrale Européenne pour démultiplier les moyens financiers. La gouvernance du mécanisme est également au centre des débats, notamment en ce qui concerne le rôle de pays hors zone euros. Sur ce dernier point, certains redoutent que le traité intergouvernemental obtenu par l’Allemagne au mois de décembre visant à encadrer le fonds mutualisé de résolutions des crises bancaires fasse de la concurrence aux institutions européennes et favorisent l’Allemagne.

Le secteur financier devrait capitaliser sur les avancées de l’Union bancaire

Le secteur financier devrait capitaliser sur les avancées de l’Union bancaire au cours de l’année 2014, estiment les experts. Le fonds « Tricolore Rendement » chez Edmond de Rothschild Asset Management, qui a fêté ses 15 ans avec « 9,1% de performance annualisée » et un encours de « 1,6 milliard d’euros », considéré comme une « bonne performance », maintient à ce titre son intérêt pour le secteur financier.

Les gérants du fonds avancent que, dans un environnement de croissance faible et de taux nominaux longs qui devraient rester à un bas niveau, « le rendement du marché action de la zone Euro devrait redevenir attractif, notamment sur les valeurs domestiques décotées ou sur les valeurs distribuant des dividendes en croissance régulière ».

Le site spécialisé H24finance.com prévoie d’ailleurs de « belles surprises » à venir en 2014 pour Tricolore Rendement, soulignant qu’il a signé une « performance de 273,4% » depuis sa création.

L’Union bancaire, dont la finalisation n’est qu’une question de temps, devrait bénéficier au secteur financier créant par la même occasion des opportunités d’investissement intéressantes notamment à travers le fonds Tricolore Rendement, dont le retour à l’actionnaire est salué.

Une réflexion sur “ Union bancaire : capitaliser sur son avancée ”

  1. Europe et Banque…deux sujets épineux en ce moment. Pas sur que ça aboutisse tout ça surtout avec le résultat des élections européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>