Archives pour l'étiquette GIEC

Le rapport du Giec sonnera-t-il l’alarme un an avant la conférence internationale sur le climat à Paris en 2015 ?

Le dernier traité international favorisant la lutte contre le réchauffement climatique date déjà de 1997. Les conférences suivantes dont celle de Copenhague en 2009 et de Varsovie en 2013 se sont soldées par des échecs. Alors qu’une nouvelle conférence est prévue l’an prochain à Paris, aucun accord contraignant n’a été trouvé. C’est dans ce contexte, que le Giec publie le deuxième volet de son rapport donnant des prévisions alarmantes sur le réchauffement climatique qui commence déjà à avoir un impact sur nos sociétés.

Le rapport du Giec démontre une « incertitude catastrophique »

Les experts du Giec prévoient une hausse de la température globale de 4°C d’ici la fin du siècle. Une telle augmentation entraînerait une hausse moyenne du niveau de la mer de 30 cm à 1 mètres selon ses estimations aggravant les risques d’inondations en zone côtière et sur les basses terres. Face à ces risques le Giec préconise de restaurer des zones humides qui serviraient de zone tampon en cas d’inondation. D’autres solutions envisagées par un météorologue français, Eric Martin seraient d’ouvrir des zones d’expansion des crues ou encore d’ouvrir des bassins servant à stocker temporairement les surplus hydriques.

Par ailleurs, les épisodes de sécheresse se multiplieront selon le Giec. Le rapport prévoit une baisse des rendements agricoles de 2% par décennie à cause d’une dégradation de la qualité de l’eau due à une réduction significative des eaux de surface et souterraines. Les pénuries d’eau toucheront principalement les pays de l’hémisphère Sud en Afrique, en Asie et dans le Sud de l’Australie. Certaines régions de l’hémisphère Nord ne seront pas épargnées comme le Sud de l’Europe et l’Amérique du Nord.

Insécurité alimentaire et croissance en berne

Une augmentation de la température globale de 2°C par rapport aux niveaux de la fin du XXème siècle, selon un scénario plus optimiste du Giec affecterait tout de même la production de blé de maïs et de riz, rendant difficile l’accès aux ressources et mettant en péril la stabilité des prix des denrées qui grimperaient en flèche. Ces difficultés d’accès à la nourriture conjuguées à des pénuries d’eau  accroitront  la fréquence des conflits et le volume des migrations Une étude américaine estime que pour chaque augmentation de 1° de la température, le nombre des conflits augmentera de 14%.

Enfin, la croissance économique ralentira. Si le scénario d’une augmentation de 2° de la température globale se produit, le Giec prévoit une perte d’entre 0,2% et 2% des revenus annuels mondiaux. La pauvreté augmentera dans les pays en développement et des poches de pauvreté apparaitront dans des pays déjà marqués par de très fortes inégalités.

Le troisième volet du 5ème rapport est attendu pour mi-avril 2014 mais le pessimisme est de mise concernant la conférence de Paris de 2015 qui devrait aboutir à « quelques timides avancées sur quelques dossiers techniques » selon Martin Beniston, le co-président du groupe « Impacts Climatiques » du Giec dans les années 1990 et actuel directeur de l’Institut des Sciences de l’Environnement de l’Université de Genève. D’après ce dernier, l’Europe et les Etats-Unis seront plus préoccupés par la reprise de leur croissance après une grave crise économique, le court terme, que par les problématiques environnementales, le long terme.

terraeco.net, franceinfo.fr, latribune.fr, www.lemonde.fr